Archives de la catégorie : Eglise Aristotélicienne

3ème édition du pèlerinage de Bourges

Ou comment faire le tour des cathédrales francophones. 000

Publié dans Eglise Aristotélicienne, MrGroar, Productions Littéraires | Tagged , | Laisser un commentaire

Fêtons la Sainte Boulasse le 22 septembre

Ou comment se pinter sans remords… 000

Publié dans Eglise Aristotélicienne | Tagged | Laisser un commentaire

Bilan du second pèlerinage de Bourges

Ou comment se détendre en marchant jusqu’en Hollande!   000

Publié dans Eglise Aristotélicienne, Productions Littéraires | Tagged , | Laisser un commentaire

Le Dogme Aristotélicien en images

Où comment décorer un peu les évènements religieux roleplay. 000

Publié dans Eglise Aristotélicienne | Tagged | Laisser un commentaire

Le premier Pèlerinage de Bourges

Ben voilà c’est fait! Ca a duré un mois, on a été un peu plus de deux douzaines à parcourir les routes ensemble, et c’était pas mal ma foi! 000

Publié dans Eglise Aristotélicienne, MrGroar | Tagged , | Laisser un commentaire

L’Eglise Aristotélicienne

Ou comment trouver sa voie à 000

Publié dans Eglise Aristotélicienne, Productions Littéraires | Tagged | 1 Commentaire

A la poursuite du Pape

A LA RECHERCHE DU PAPE La nuit était sans étoiles, il n’y avait personne dans les rues du village, aucun bruit ne venait troubler la quiétude des genevois qui dormaient paisiblement. 000

Publié dans Eglise Aristotélicienne, Productions Littéraires | Tagged , | Laisser un commentaire

Hagiographie de Sainte Marie-Madeleine

MARIE-MADELEINE DE LA SAINTE BAUME (1266 – ?)

I. La jeunesse de Marie-Madeleine

Marie-Madeleine naquit le 6 juin 1266 à Saint Maximin en Provence dans un petit couvent à l’extérieur de la ville. Sa mère, sœur Marie-Thérèse, l’intendante du couvent, s’occupait de commander et réceptionner les vivres pour la communauté des religieuses.

La naissance de Marie-Madeleine au sein du couvent a soulevé moultes interrogations sur la validité du vœu de chasteté de sa mère, de multiples enquêtes furent menées mais aucune preuve de la culpabilité de quiconque ne fut apportée. Sœur Marie-Thérèse se défendit de n’avoir jamais eu une liaison corporelle avec le boulanger local, unique suspect dans l’histoire car c’est le seul homme qui effectuait des livraisons au couvent: la soeur fut innocentée faute de preuve mais le doute persistait. L’affaire fut close et on décida que sœur Marie-Thérèse
élèverait sa fille dans le secret. Lire la suite

Publié dans Eglise Aristotélicienne, Productions Littéraires | Tagged | Laisser un commentaire